La Force

Interprétation ésotérique de l’arcane XI : La Force

La Force n’est pas un archétype facile à appréhender, et la manière dont elle est traitée dans des cours de Tarot laisse souvent de côté un pan important de sa signification.

Le lion symbolise, entre autres, l’ego-roi et la puissance de la vie émotionnelle-sexuelle. Dans cet arcane majeur, ce sont ces facteurs qui se soumettent à une instance supérieure, représentée par une figure féminine (l’Ange, qui correspond au signe du Verseau dans l’arcane Le Monde). Cette figure féminine, dont les pieds ne touchent pas le sol, est l’âme, elle-même inspirée, guidée par l’Esprit symbolisé par la coiffe en lemniscate (symbole de l’infini, comme celle du Bateleur).

Aucune violence, aucune force brute n’intervient dans la maîtrise du lion, l’ego-roi, la personnalité, désire cette soumission, elle l’accepte avec bonheur car elle en comprend la signification (la couleur jaune de l’intelligence intuitive relie le chakra du cœur de l’ange, ses bras, c’est-à-dire son action, et le lion). Le désir de la nature émotionnelle-sexuelle est volontairement orienté vers le monde de l’âme, l’énergie de la libido se tourne vers le « mariage mystique » ; en réponse à cette aspiration consciente de la personnalité, l’âme fait le « geste » qu’il faut pour stabiliser le contact.

L’individu qui a réalisé la Force en lui vit toujours sous la guidance de son âme. La nature instinctive, égoïste est maîtrisée, la conscience de soi fait place à la conscience de groupe, c’est-à-dire une conscience de notre humanité commune, base de la Fraternité attendue dans l’ère du Verseau.

Il est encore rare aujourd’hui de rencontrer des individus capables d’intégrer véritablement la Force, tout comme peu d’individus sont capables de vivre la pleine potentialité du signe du Verseau. Dans un sens plus courant, le Force indique une certaine maîtrise de soi et des circonstances.

La série des arcanes mineurs s’arrêtant avec le nombre 10, il n’est pas possible de relier directement les arcanes majeurs dont les nombres se trouvent au-delà du 10 aux mineurs. Il est cependant possible d’établir une analogie en effectuant la réduction théosophique de l’arcane majeur, ici la Force : 11 = 1 + 1 = 2. Il est donc intéressant de réfléchir ici à la signification des arcanes mineurs de la série des 2 et les associer à la Force.

Le donner – recevoir dans l’arcane majeur la Force

Laisser résonner ces mots en « langage des oiseaux » donne accès à une signification bien plus profonde et pertinente que leur appréhension au premier degré ne le permettrait :

  • Donner contient « don/né » ou encore « onde » : cela évoque une source originelle qui nous traverse, quelque chose de pur surgit, s’incarne, se manifeste.
  • Recevoir contient « re-se-voir », se voir une nouvelle fois : pour être capable de recevoir il faut d’abord que l’on se reconnaisse, que l’on soit né à soi-même ; et aussi « servir » et « roi » : savoir recevoir est peut-être le plus royal des dons, la sagesse populaire ne dit-elle pas qu’il est plus facile de donner que de recevoir ?

On comprend mieux pourquoi les mots « donner » et « recevoir » sont associés à la Force (mais aussi au Pendu), car dans leur sens essentiel ils expriment quelque chose qui est du ressort de l’âme, qui véhicule la qualité essentielle de l’âme : l’amour. La libre circulation du donner/recevoir ne peut opérer que dans la mesure où l’attitude égocentrique a été transcendée, car pour donner à bon escient (ne dit-on pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions !) il faut être capable de percevoir le vrai besoin, donc savoir se décentraliser afin de ne pas projeter sa propre sensibilité sur l’autre. Recevoir, c’est-à-dire accueillir le don de l’autre, demande le même détachement, sans lequel « recevoir » se confondrait avec « prendre », l’avidité demeurant sous-jacente.

Une loi universelle veut que pour recevoir, il faut donner… Donner, c’est l’attitude du non-agir du Pendu, c’est se laisser traverser par le flux de l’énergie divine afin qu’il s’épanche vers d’autres vies dans une circulation ininterrompue. Mais dès que l’on cesse de donner, le « don » s’arrête, le robinet se ferme et la qualité d’énergie stockée en soi devient destructrice car ne pouvant plus s’écouler librement, elle ne peut pas non plus se renouveler. Il n’est pas difficile de vérifier cette loi en action dans les petits gestes de la vie : donner un authentique bon-jour apporte de l’énergie pour toute la journée, donner un sourire apporte de la joie, donner de l’espoir stimule la foi en la vie, etc.

Analogie avec le signe du Verseau

Le Verseau symbolise la coopération des hommes, dans une communauté d’esprit, en vue d’une amélioration des conditions d’existence à tous les niveaux. Il représente l’esprit avant-gardiste (le réformateur ou le révolutionnaire selon les cas), les mouvements humanitaires, la recherche scientifique, la liberté d’être, les aspirations spirituelles, l’altruisme. C’est un signe de révélation, de déversement de la connaissance dans des consciences unies par des sentiments fraternels et totalement ouvertes à « ce qui vient ».

Le Lion, signe opposé, représente la conscience de soi qui, dans son achèvement, débouche sur la « conscience de groupe », de l’âme-une, dans le signe du Verseau.

Haut de page