Les mondes invisibles nous parlent

…si nous savons leur prêter une oreille attentive. Mais là réside toute la difficulté : les pensées/émotions que nous générons en permanence créent une sorte de barrière sonore entre notre conscience de veille et notre supraconscience, qui alors au mieux communique avec notre cerveau par le biais des rêves.

Il existe cependant un moment privilégié, lorsque nous nous réveillons le matin, où il nous est possible de recueillir ces perles de rosée qu’une aube subtile dépose au seuil de notre conscience. Cela peut se traduire par des perceptions ou des compréhensions fugaces (on les perd à mesure que l’on se réveille complètement), ou par un sentiment de paix et de confiance qui nous permettent de démarrer la journée du bon pied. Souvent aussi, lorsqu’on hésite sur une décision à prendre, on sait sans l’ombre d’un doute ce qu’il convient de faire : la nuit a porté conseil, comme l’exprime la sagesse populaire.

IMG_1103 copieLes mondes invisibles cherchent toujours à communiquer avec nous, ils sont le royaume dans lequel évolue naturellement ce qu’on pourrait appeler notre double quantique, pour se rapprocher du langage scientifique. Ce qui nous empêche d’entendre, ce sont toutes les barrières mentales que nous érigeons sans le savoir entre les deux mondes, la barrière la plus dense étant une conviction bien ancrée que les dimensions non matérielles n’existent pas, ou alors sont une chimère. Mais nous pouvons faire en sorte de créer des brèches dans cette barrière, comme le fait une pratique régulière de la méditation, moyen par excellence d’établir une communication entre les deux mondes, visible et invisible.

Si nous désirons nous rendre plus  réceptifs aux dimensions subtiles, prenons l’habitude de nous endormir comme un enfant, en lâchant prise par rapport à nos préoccupations du moment pour nous rendre totalement disponibles au voyage dans le pays des « rêves » que nous nous apprêtons à entreprendre. Et au réveil, veillons à ne pas piétiner sans les voir les gouttes de rosées déposées dans notre jardin intérieur.

Publié le : 13/08/2014

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *