Nous devons sortir de l’ère du désespoir critique

Tel est le cri de philosophes qui, de plus en plus nombreux, en appellent à renouer avec l’humanisme des Lumières, resté sans héritiers depuis Victor Hugo, et nous laissant orphelins du sens de notre grandeur, à la fois sous l’angle de la transcendance – il existe un principe supérieur auquel chaque homme est rattaché – et sous celui de l’immanence – ce principe gît au cœur de chaque être humain et fait toute sa noblesse.

Le regard pessimiste sur le genre humain a existé avant les Lumières, mais il s’est considérablement amplifié et finalement imposé depuis le 20e siècle. Plusieurs facteurs ont contribué à son développement, à commencer l’essor des sciences humaines et des sciences dites dures. Les premières ne cherchent pas à connaître l’homme sous l’angle de l’idéal, de ses plus hautes possibilités d’accomplissement, mais le prennent comme un simple objet d’étude. Cette approche objective a d’abord mis à bas l’idéal de liberté des humanistes en faisant apparaître les nombreux déterminismes qui pèsent sur lui grâce à la psychologie, la sociologie et l’ethnologie. L’homme a perdu ses racines communes et divines pour devenir un pur produit de la culture. Les découvertes des sciences dures ont achevé de le considérer comme une forme de vie parmi tant d’autres dans l’univers et sans doute appelée à disparaitre comme elles.

lighthouse-585944_1280Enchaîné par ses déterminismes, sans racines communes et sans vision, le devenir de l’homme ne peut ressembler qu’à un « voyage au bout de la nuit » (Céline). Ce regard sombre – pour ne pas dire aveugle, tant il exclut de son champ l’essentiel – est malheureusement encore dominant dans l’inconscient collectif français, car toujours nourri par de nombreux écrivains. Il s’insinue dans nos pensées malgré nous, même si nous en ignorons la cause. Prendre conscience de ce déterminisme, c’est déjà commencer à lui échapper. Alors, comme nous y invite le philosophe Abdennour Bidar, nous pouvons entreprendre de « rebâtir de grandes images de l’homme vers lesquelles exhausser nos vies ».

Publié le : 07/01/2015

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *