La sérénité, c’est l’absence de doute

S’il est vrai que les extrêmes se rencontrent, nous en trouvons une bonne illustration dans l’occurrence de l’expérience de la sérénité.

Pour la plupart d’entre nous, c’est un état que nous n’atteignons que rarement, dans ces moments exceptionnels où notre âme se trouve comblée par un événement heureux, ou touchée  par une manifestation soudaine de la Beauté, comme lors de l’écoute d’une musique que nous apprécions particulièrement, ou la vue d’un paysage qui nous coupe le souffle.

Ces circonstances particulières nous mettent dans un état de disponibilité totale à l’instant présent, ce que tous les sages recherchent. La totalité de l’espace psychique ainsi rempli par la perception du beau ou du bonheur, deux sentiments éminemment positifs, il ne reste aucune place disponible au doute et à son corollaire, l’angoisse.

Mais on peut aussi trouver une sérénité plus durable dans l’acceptation pleine et entière des circonstances dans lesquelles le destin nous a placés, et dont nous savons nous contenter.  Jean Ferrat décrivait dans sa chanson «on ne voit pas le temps passer» ces gens simples qui trouvaient une forme de bonheur  dans l’accomplissement des tâches routinières sans se poser de questions, comme les femmes au foyer de la première moitié du vingtième siècle : « faut-il pleurer, faut-il en rire, fait-elle envie ou bien pitié, je n’ai pas le cœur à le dire… », s’interroge Ferrat.

A l’autre extrême, nous trouvons cette forme d’acceptation pleine et entière des circonstances que nous sommes appelés à vivre – et la sérénité qui en découle – chez tous ceux qui ont atteint une forme de sagesse et sont libérés des doutes existentiels parce que le sens de leur vie, ou plus profondément le sens de la vie, est devenu lumineux pour eux. Nous pouvons reprendre l’exemple de personnalités comme Nelson Mandela ou Vaclav Havel, dont nous avons déjà parlé dans une méditation précédente, mais c’est le cas de toutes les grandes figures spirituelles issues de toutes les traditions ou cultures.

Publié le : 08/01/2014

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *