Le bonheur est-il un but souhaitable ?

Aujourd’hui, être heureux est devenu quasiment une injonction de la société. L’origine de ce culte du bonheur remonte, pour l’Occident, au siècle des Lumières qui a opéré une rupture radicale avec la domination de la religion chrétienne : la foi en la raison de l’homme, en son intelligence, a remplacé la foi en un Dieu tout-puissant et le bonheur projeté jusque-là dans un au-delà lointain est devenu un objectif à atteindre ici-bas et maintenant.

L’idéal du bonheur et de l’accomplissement de soi du XVIIIe siècle est devenu un impératif dans les années 80, où se sont multipliées les publications sur les thèmes du bonheur et du développement personnel. Aujourd’hui, cette tyrannie du bonheur obligé, de paraître toujours rayonnants – la plupart des publicités nous y incitent – génère paradoxalement beaucoup de souffrances, comme le souligne le philosophe Pascal Bruckner qui s’insurge contre ce « devoir du bonheur et de l’euphorie perpétuelle » laissant beaucoup de personnes sur un sentiment d’échec.

jumpingCar après avoir tué Dieu (la transcendance) et le Père (la morale), sur quelle base allons-nous fonder notre quête du bonheur ? Le capitalisme nous propose un nouvel hédonisme en jouissant à profusion des objets de consommation qu’il met généreusement à notre disposition. On peut aussi éprouver une grande satisfaction, plus ou moins durable, dans la qualité de nos relations ou dans une activité qui nous passionne. Mais nous n’éradiquerons jamais les racines de la souffrance mise en lumière par le Bouddha et qui pend au-dessus de nos têtes telle une épée de Damoclès : la pauvreté, la maladie, la vieillesse et la mort. Demain nous pouvons perdre notre emploi, notre partenaire peut nous  quitter, etc.

Toutefois, si la souffrance n’est jamais très éloignée du bonheur, l’inverse est également vrai. Au plus profond d’une souffrance intense, si nous lâchons prise, c’est-à-dire si nous ne cherchons pas à lui résister, si nous l’acceptons comme  une vague qui nous emporte, un retournement peut s’opérer. En touchant vraiment le fond nous n’allons pas remonter (retrouver une condition antérieure à la souffrance) mais être porté « ailleurs », comme ces rescapés d’une NDE (expérience proche de la mort) qui en reviennent à jamais transformés. Ayant touché  à une ardente Joie, ils ne s’inquiètent plus du bonheur.

Le bonheur, et plus encore la Joie sont une aspiration innée de l’âme humaine et un puissant moteur pour chercher à améliorer les conditions de vie sous tous ses aspects. Mais cette quête prend surtout tout son sens si nous ne lui fermons pas les portes de la transcendance.

Publié le : 25/06/2014

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *