Sommes-nous tous malades des médecins ?

La médecine, comme tout dans nos sociétés modernes occidentales, n’a pas échappé à la marchandisation du monde et à sa réification. Tout est devenu objet à exploiter et à rentabiliser. Il est loin le temps d’un Paracelse (médecin, alchimiste et astrologue de la Renaissance) où le médecin était avant tout un humaniste, mû par un amour profond de l’homme et de la connaissance, dont la vocation était de soigner autant l’âme que le corps. Un basculement paradigmatique a eu lieu avec la généralisation de la dissection des corps humains et surtout avec le positivisme d’Auguste Comte (la science est l’unique voie susceptible de conduire à la connaissance) qui influence toujours la pratique médicale actuelle.

askulapstab-101006_1280Aujourd’hui le divorce entre le corps et l’esprit est consommé. Lorsqu’une personne se rend dans un cabinet médical, dès qu’elle en franchit la porte, elle n’est plus une personne mais un corps/objet livré au médecin pour analyse. Si cette situation est d’une violence inouïe pour les personnes les plus fragiles, elle est aussi une source de souffrance supplémentaire pour ceux qui se sentent déjà inquiets et insécurisés du fait de leur trouble. Les seuls praticiens qui échappent à cette déshumanisation de la médecine sont les homéopathes et quelques généralistes encore attachés aux valeurs humanistes, mais elle atteint un niveau dramatique chez l’ensemble des spécialistes qui apparaissent aux yeux des patients/clients comme fusionnés avec leurs machines.

La surmédicalisation de nos sociétés – on est sommé de consommer de la médecine de la naissance à la fin de vie – participe largement du problème : les salles d’attentes sont remplies de personnes qui n’ont en réalité aucun besoin réel de s’y trouver. La bonne nouvelle, c’est que de plus en plus de « patients » cessent de l’être, ils quittent l’état de passivité et de soumission à l’autorité médicale pour se réapproprier leur corps et leur santé, comme le suggérait Ivan Illich dans Némésis médicale. Les vrais guérisseurs le savent, il n’y a pas de guérison possible sans la pleine participation de la personne affectée. Cette prise d’autonomie de l’ « impatient » est donc un premier pas essentiel à, espérons-le, une renaissance de la pratique médicale qui prendra en compte l’Homme dans sa globalité.

Publié le : 15/07/2015

Haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *