La voyance autrement

Peut-on pratiquer la voyance autrement ?

Il existe des professionnels de la voyance qui ne se contentent pas, dans leur consultation de voyance, de faire des prédictions, qui se désolent même sincèrement lorsqu’ils doivent répondre à une question telle que « quel est mon avenir sentimental », « vais-je faire une rencontre », comme si dans ces questions transparaissait toute l’impuissance de la personne, qui s’en remet totalement au voyant ou à la voyante, confondant en quelque sorte magie et voyance. Un professionnel dont le sens psychologique est aiguisé sait qu’une telle approche, sans être forcément vouée à l’échec, reste largement insuffisante, car les choses viennent à soi dans la mesure où l’on est prêt à les accueillir.

La voyance autrement est thérapie

Il est tout à fait possible, tout en satisfaisant le désir de voyance de la personne, de transformer une consultation de voyance en thérapie. Car même si une prévision pour l’avenir s’avère positive – par exemple on annonce à son consultant une future rencontre amoureuse – elle nécessite pour la plupart un accompagnement d’ordre psychologique pour éveiller en lui les ressources nécessaires afin qu’elle sache accueillir l’amour qui se présente et lui donne une chance d’évoluer dans le bon sens. Bien sûr cet accompagnement thérapeutique est particulièrement conseillé lorsque la personne se trouve dans une situation de souffrance affective, quelles qu’en soient les raisons. Par exemple, si au cours de la consultation de voyance le voyant confirme une rupture sentimentale définitive.

La voyance autrement est psychologie

Lorsque le voyant cherche à soulager la souffrance de son consultant, il entre de fait dans le domaine de la psychologie, car la plupart des formes de souffrances actuelles prennent leur origine dans les blessures de l’enfance. Tout chagrin d’amour est relié au tout premier chagrin de la séparation et de l’abandon que nous avons tous ressenti dans des situations où notre mère semblait nous ignorer, car elle était prise par d’autres tâches ou préoccupations. La souffrance de l’abandon que l’on peut éprouver dès lors que nous ne sommes plus l’objet de l’attention exclusive de la personne que nous investissons du rôle de tuteur (dans le sens de soutien et protection) nous accompagne d’une certaine façon dans toutes les relations affectives que nous établissons. C’est aussi elle qui motive la plupart des démarches vers une consultation de voyance.

Haut de page